Vous êtes positive au test génétique et vous voulez faire un bébé? Vous pouvez!

La mutation du facteur V de Leyden est souvent découverte lorsque vous voulez faire un bébé. En effet, elle provoque fréquemment des fausses couches et d'autres complications, votre grossesse sera donc à risque, mais de nombreuses femmes ont eu de beaux bébés malgré tout, puis dites-vous que si cette mutation est si commune, c'est que pendant des siècles les femmes l'ont transmise à leurs enfants... il fallait donc bien qu'elles puissent les avoir !

Les femmes qui savent être thrombophiles doivent tenir compte d'un certain nombre de choses avantde faire un bébé. Elles prennent souvent des anticoagulants et se posent beaucoup de questions :

  • Puis-je oser une grossesse ?
  • Quelles sont mes chances de faire des complications ?
  • Est-ce que je risque de perdre tout mon sang lors de la naissance ?
  • Mon bébé risque t'il de souffrir de malformations dues à mes médicaments ?

De manière générale, une thérapie par anticoagulants n'est pas une contre-indication pour une grossesse. Attention toutefois, si vous prenez des AVK, il est impératif que vous utilisiez en permanence une contraception efficace. En effet, il y a avec les AVK une probabilité de 15% de malformations graves du foetus (au niveau des cartilages du nez, des yeux, du cerveau), la période la plus à risque allant de la 6ème à la 9ème semaine de grossesse.

Grossesse non planifiée sous AVK
Lorsque l'on constate une grossesse durant un traitement par AVK, il faut immédiatement arrêter les AVK et les remplacer par de l'héparine à bas poids moléculaire (Clexane, Lovenox, Fraxiparine). Ne perdez pas une seule minute, foncez chez votre gynécologue. Si les AVK ont été arrêtés avant la 6ème semaine de grossesse, il sera nécessaire de prendre des gouttes de vitamine K pendant une semaine, l'expérience montrant que celles-ci peuvent encore empêcher que le foetus ne soit touché. Si par contre la grossesse a été remarquée tard et que des AVK ont été pris durant la période critique (entre la 6ème et la 9ème semaine), il faudra faire des examens poussés pour constater si le foetus a souffert des conséquences.

Vous voulez faire un bébé et vous prenez desAVK
Parlez en avec votre gynécologue, il vous fera arrêter les comprimés 2 à 3 mois avant l'arrêt de la contraception et vous mettra sous héparine à bas poids moléculaire (elle à moins d'effets secondaires et une meilleure efficacité que l'héparine fractionnée). Les piqures devront se poursuivre durant toute la grossesse et au moins 6 semaines après avoir accouché. Une prophylaxie par aspirine n'est pas suffisante et de ce fait déconseillée. Il y a une exception, les femmes qui ont un syndrome antiphospholipidique prendront de l'aspirine en plus de l'héparine jusqu'à la 36ème semaine de grossesse. Pour vous rassurer : l'héparine ne passe pas le placenta et ne présente donc pas de risque pour votre bébé.

La naissance
L'héparine ne provoque pas autant de saignements que les AVK, dans la majorité des cas il n'y a donc pas de soucis à se faire. La dernière injection se fera au début des contractions, ensuite on fera une pause jusqu'à l'accouchement. Une césarienne peut être faite si cela est absolument nécessaire, mais elle n'est pas obligatoire. Elle présente toujours un risque plus élevé de faire des thromboses et des embolies qu'une naissance par la voie normale. Si vous avez prévu une anesthésie péridurale, il faudra laisser un certain laps de temps entre la pose du cathéter et la dernière injection d'héparine. Ce temps se calcule selon la dose d'héparine administrée.

L'allaitement
Les 2/3 des thromboembolies apparaissent dans les semaines suivant la naissance contre 1/3 pendant la grossesse. L'héparine sera donc injectée durant toute la durée de l'allaitement. S'il est décidé de vous repasser sous AVK alors que vous continuez à allaiter, il faudra impérativement prendre la warfarine (Coumadine) car celle-ci – contrairement aux autres AVK – ne passe pas dans le lait maternel sous forme active.

La thrombophilie est cause de complications lors de la grossesse
Toutes les formes de thrombophilies sont suspectées de causer des complications lors de la grossesse et la plupart sont documentées dans la littérature médicale.

On trouve ainsi plus fréquemment parmis les femmes souffrant d'hypercoagulabilité:

  • une hausse du nombre de fausse-couches
  • un retard de développement du à une mauvaise circulation sanguine dans le placenta
  • des naissances prématurées
  • des prééclampsies et éclampsies
  • le syndrome HELLP (association syndromique d'une anémie hémolytique, d'un cytolyse hépatique et d'une thrombopénie)
  • une stérilité primaire, malgré les essais de fécondation in vitro, d'inséminations...

C'est souvent à la suite d'un de ces problèmes que l'on découvre la thrombophilie. L'héparine peut diminuer de façon significative le risque de complications. Lors de la stimulation ovarienne hormonale pour une fécondation médicalement assistée, il faudra prévoir de donner dès le début de l'héparine pour diminuer le risque de thrombose.

Vous êtes allergique à l'héparine ou y faites des réactions négatives (diminution plaquettaire) ?

Il existe deux médicaments de remplacement qui doivent être injectés comme l'héparine.

Sources:
Oran B et al: Low molecular weight heparin for prophylaxis of thromboembolism in women with prosthetic mechanical heart valves during pregnancy. Thromb Haemost 2004;92:747-51
Chan WS et al: Anticoagulation of pregnant women with mechanical heart valves: a systematic review of the literature. Arch Intern Med 2000;160 (2):191-6
Brenner B et al: Thrombophilia and pregnancy complications. Thromb Haemost 2004;92:678-81

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×