Le système Coaguchek XS et la façon de s'en servir

Je ne peux pas vous donner de cours sur l'utilisation du Coaguchek, mais savoir comment cela fonctionne peut vous aider à vous décider d'en acquérir un ou non.

Pourquoi privilégier le Coaguchek par rapport à un appareil semblable, le InRatio ?

Une information primordiale pour commencer : je n'ai rien à gagner à comparer les machines, je suis une patiente qui doit s'en servir au moins une fois par semaine, je ne connais pas le prix du InRatio et je ne peux parler que d'une chose : la facilité d'utilisation.

La plus grosse difficulté dans l'utilisation de l'appareil de mesure est l'application d'une quantité suffisante de sang au bon endroit sur la bandelette. Ce qui a l'air simple en théorie ne l'est pas du tout dans la pratique. Vous devez vraiment bien « viser » et ce en tenant compte du temps qui passe car vous n'avez que 15 secondes entre le moment où vous vous piquez et celui où la goutte de sang doit atterrir sur la languette. En ce qui concerne le Coaguchek, celle-ci se trouve (pour la partie sur laquelle vous allez appliquer le sang) totalement à l'extérieur de l'appareil, le morceau permettant l'application étant de la largeur totale de la bandelette. Vous allez pouvoir arriver avec votre doigt penché et appliquer sur un des bords car là vous verrez ce que vous faites. Il est aussi possible d'appliquer par le haut, au centre de la bandelette, mais je peux affirmer après 2 mois d'utilisation que c'est de la roulette russe. En effet, il est impossible de viser quelque chose de relativement peu large (2 mm de profondeur sur un centimètre) quand vous avez logiquement votre doigt DEVANT. Alors à moins de tenir l'appareil à la main à hauteur des yeux... J'ai vu la façon dont le InRatio est construit. La partie où l'on doit appliquer le sang est dans une sorte de renfoncement, c'est une barrière visuelle de plus. Ils ont gentiment mis une diode lumineuse sous l'endroit où vous allez devoir appliquer le sang, il y a une sorte de cible bien au centre de la languette. Il n'est pas possible d'appliquer sur le côté. Mon impression à première vue et avec l'expérience de l'autre appareil est que c'est bien plus compliqué d'y arriver. La diode est une idée sympathique, mais si vous avez votre doigt au-dessus cela m'étonnerait fort que vous la voyez encore. C'est peut-être une question d'habitude, mais le doute est permis. Ceci-dit, si vous utilisez le InRatio, cela m'intéresserait de lire vos commentaires.

Comment utiliser le Coaguchek ? Vous trouverez des photos de l'utilisation dans l'album!!!

Commencez par vous laver soigneusement les mains. Si elles sont très sales, un bon moyen de les nettoyer est d'utiliser un mélange de sucre cristallisé avec du liquide vaisselle. Essuyez les bien.

Vous ne désinfecterez pas le doigt à piquer, cela fausse les résultats.

Mon truc si vous avez comme moi des doigts avec une circulation sanguine plutôt mauvaise: lavez-vous les mains longtemps à l’eau très chaude, alternativement prenez votre bain ou votre douche avant de vous tester et surtout préparez-vous une tasse de boisson bouillante (au choix, vous la boirez ensuite) sur laquelle vous allez appliquer votre main et le doigt à piquer avant la ponction, vous arriverez ainsi à avoir plus facilement la quantité de sang nécessaire. Cela vous semble exagéré ? Si vous avez comme moi une tension si basse que votre record est de devoir vous piquer 4 fois de suite pour obtenir une quantité de sang suffisante pour un test valable, croyez-moi sur parole, vous vous organisez de façon à ce que cela coule au bon moment. Pour moi c’est donc douche brûlante plus tasse bouillante ou rien.

Posez votre appareil sur la table, ainsi que des petites compresses de gaze et du sparadrap prêt à l'utilisation.

Commencez par préparer votre autopiqueur. Dévissez la cape numérotée, prenez une lancette, enfoncez là dans l'ouverture jusqu'à entendre un Clic. Tournez la partie ronde de la protection de la lancette pour la détacher, revissez la cape. Le réglage de la profondeur de piqûre se fait au niveau de la cape, en tournant la partie chiffrée. Plus la peau sera fine, plus le chiffre devra diminuer. Pour vous donner un ordre d'idée, j'ai une peau dite normale à fine comme la plupart des femmes de mon âge. J'utilise le réglage 3,5, sauf sur l'auriculaire où 3 suffit. « Chargez » votre autopiqueur en tournant la cape, faites un test de fonction en appuyant, si cela déclenche correctement rechargez en tournant et posez.

Ouvrez seulement maintenant le flacon contenant les languettes. Prenez en une du bout des doigts, ne la touchez que dans la partie qui est tournée vers l'ouverture, ne la touchez jamais hors de cette surface. Rebouchez immédiatement le flacon.

Insérez la languette dans le Coaguchek, l'appareil s'allume automatiquement et affiche un code. Le code doit correspondre à celui indiqué sur l'emballage de vos languettes. (Quand vous recevez une nouvelle boite, il y a un chip codé fournit, le chip est à insérer dans le Coaguchek pour toute la durée d'utilisation des languettes).

Appuyez sur la touche M. L'appareil va préchauffer et tester l'intégrité de la languette, durant ce temps chauffez votre main sur la tasse.

Quant il est prêt, le Coaguchek émet un bip et se met à décompter (de 120 secondes à 0). C'est le temps que vous avez pour appliquer votre goutte de sang sur la languette. Si vous dépassez ce temps, il faudra recommencer.

Appliquez l'autopiqueur sur le doigt à piquer (sachant que vous pouvez piquer tous les doigts, en évitant l'index et le pouce où même des petites blessures sont gênantes): attention, ne piquez jamais l'avant du doigt, mais toujours le côté, c'est beaucoup moins douloureux. Appuyez fortement (le mieux est de poser le doigt sur la cuisse et d'appuyer fermement contre avec l'autopiqueur) et déclenchez. Si vous avez bien visé le côté du doigt et bien appuyé, vous ne sentirez qu'un petit choc, cela ne fait pas mal (rien à voir avec une piqûre d'épingle).

Vous avez 15 secondes pour faire sortir une goutte de sang de taille suffisante (c'est à dire grosse) et pour l'appliquer au bon endroit. Le plus important est de ne surtout pas se presser, 15 secondes, c'est long et l'erreur la plus commune est de vouloir aller trop vite et de ne pas avoir une goutte assez grosse. La main vers le bas, massez le doigt sans l'écraser, cela dure quelques secondes pour qu'il y ait suffisamment de liquide au bout du doigt. Appliquez sur le côté de la languette, c'est plus simple. L'appareil émet un bip et affiche QC (quality check). Il va vérifier si la quantité est suffisante. Si vous avez tout fait correctement, l'INR va s'afficher. Le code d'erreur 5 signifie que vous n'avez pas mis assez de sang (dans ce cas il faut tout recommencer, nouvelle languette, nouveau doigt, mais vous pouvez encore prendre la même lancette).

Appuyez au moins 30 secondes avec une gaze sur la blessure (sans écraser le doigt !) et finissez avec un sparadrap car sinon vous risquez de vous retrouver avec du sang sur les vêtements. Vous pourrez le garder quelques heures.

Enlevez l'aiguille de l'autopiqueur en dévissant, puis en appuyant sur le bouton d'éjection au bout du crayon.

Si votre INR est dans votre zone cible, félicitations, sinon il va falloir faire des petits calculs pour adapter la dose. La règle est d'augmenter ou de diminuer par pallier de 10 à 15% de la quantité hebdomadaire. Pour les AVK à demi-vie longue, il est possible de sauter une prise si l'INR est vraiment trop haut. Pour vous faciliter la vie, il est possible d'utiliser un tableur sur Excel ou un PDA, dans lequel vous entrerez vos taux et les prises journalières. En ajoutant quelques fonctions, vos calculs pourront être faits automatiquement, c'est bien pratique.

A savoir

Changez de doigt à chaque prélèvement. Vous avez 6 doigts possibles, avec 2 côtés piquables, donc si vous piquez chaque semaine, vous ne blesserez un endroit précis que tous les 3 mois. C'est très important, car toujours piquer au même endroit peut dans le meilleur des cas provoquer un durcissement de la peau et des cales, au pire il peut se former une anomalie au niveau des capillaires, elle devra être enlevée chirurgicalement.

Attention: plus vos valeurs seront hautes, plus il y a de chances qu'elles diffèrent d'un INR fait par prise de sang. Il est important que les 3 premiers tests soient faits directement après une prise de sang afin de pouvoir comparer les résultats. Vous pouvez voir si les valeurs de l'appareil sont correctes en faisant un petit calcul:

prenez la moyenne de la valeur prise de sang et de la valeur Coaguchek. Additionnez et retirez de cette valeur 10 et 15%: Comparez avec le résultat du Coaguchek.

Exemple : PdS 3,5 – CC 2,5 : la moyenne est un INR de 3. Calculez 10 et 15% sur le résultat de 3, et faites la soustraction : vous obtenez 2,7 et 2,55. Votre résultat Coaguchek étant de 2,5 vous pouvez le considérer comme correct.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site