Les thromboses dites « de voyage »

Vous voulez voyager? Cela vous est parfaitement possible à condition de prendre quelques précautions.

Si vous possédez un appareil d'auto-contrôle, tant mieux, vous pourrez tester vos valeurs comme à l'habitude. Si cela n'est pas le cas et que vous partez plus d'une semaine, il vous faudra trouver un laboratoire sur place, renseignez-vous avant. Attention, si vous modifiez vos habitudes alimentaires, votre INR peut partir dans un sens ou l'autre, rendant des contrôles plus fréquents nécessaires. Il vaut mieux faire le maximum pour garder une alimentation proche de celle que vous avez habituellement, même si cela semble bien difficile. J'ai pour ma part actuellement abandonné toute idée de voyage, car au moindre changement mes taux partent dangereusement dans un sens (à la baisse) et je mets des mois à les rattrapper, énormes yoyos inclus. C'est bien trop risqué donc. Si vous n'avez pas ce style d'inconvénient, congratulations, préparez vos valises.

N'ignorez pas le danger de thromboses suite à des voyages en avion, bus ou voiture, même courts. Des chercheurs anglais et italiens ont constaté en 2003 des risques plus élevés de thromboses lors de voyages de seulement 2 ou 3 heures. Le Professeur Gianni Belcaro de l'Université Chieti-Pescara (Italie)a publié des résultats intermédiaires d'une étude concernant 900 passagers contrôlés avant et après avoir pris des vols entre la Grande Bretagne et l'Italie. Sur la première partie de l'étude, concernant les 500 premiers passagers contrôlés, 40% montraient un risque plus élevé de thrombose. Parmis ceux-ci, 9 personnes (donc 4,3% du groupe à risque) avaient développé une thrombose durant le laps de temps court du voyage. Deux des passagers auraient même fait une embolie pulmonaire. Le Professeur Belcaro conseille de prendre des mesures pour prévenir les thromboses même sur des voyages courts si vous êtes bloqué sur un siège. Comme méthodes conseillées, il indique la gymnastique et de boire suffisamment d'eau. Les patients à risque devraient porter des bas de contention adaptés et éventuellement prévoir de se piquer à l'héparine.Toute personne est susceptible de faire une thrombose suite à un voyage, mais en tant que personne atteinte de thrombophilie, vos chances sont évidemment démultipliées.

Si vous prévoyez de faire des voyages, parlez en avec votre médecin, il vous conseillera.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×