Le train-train quotidien...

Voilà déjà un mois que les vacances ont pris fin et évidemment le quotidien a repris ses droits. Cela donne : départ de la maison à 6h15 du lundi au vendredi et retour vers 17h30 après avoir été assise toute la journée soit au bureau, soit dans les transports en commun, avec un court break à midi pendant lequel je vais marcher quelque peu en ville. Il ne me reste évidemment plus beaucoup de temps le soir pour arriver à tout boucler, ménage, jardin, sport etc. J’ai abandonné le diner il y a longtemps, en fait j’ai rarement faim le soir et comme je suis la reine de l’oubli des courses, même si j’avais faim, la question serait vite réglée…

Je continue mes tours en vélo, mais il est impossible d’en faire tous les jours car cela implique que je laisse tout le reste de côté, vu qu’en moyenne cela me met hors circuit pour deux heures et je rentre trop fatiguée pour faire quoi que ce soit d’autre. L’effet se fait sentir, le sport me manque, il va falloir que je m’organise pour pouvoir mener de front tout ce que j’ai sur la planche, vélo en sus. Dans quelques semaines je retourne voir mon cher toubib pour une batterie de tests, j’en profiterai pour voir avec lui la question de l’entrainement en hiver, car il est a priori hors de question d’aller faire des kilomètres dehors avec des poumons qui ont pris un coup…

En attendant, les 28 degrés affichés par le thermomètre au bureau, la position assise et le manque d’activité physique font à nouveau faire des embardées négatives à ma tension sanguine, alors qu’en vacances, toujours en mouvement, je n’avais évidemment aucun problème. De là à dire que le travail de bureau a un impact négatif sur ma santé il n’y a qu’un pas… mais il faut bien payer les factures (eh si…). S'il était possible de faire du sport sur le temps de midi, ce serait génial, mais dans l'état actuel des faits (vieux bureaux, pas de place et déménagement en vue depuis des lustres, mais juste en vue, sans aboutissement), cela va durer encore longtemps.

J’ai réussi à calmer l’INR qui actuellement tourne sur une valeur autour de 3,7. D’accord, c’est un peu haut, mais je table avec le refroidissement des
températures qui devrait le faire baisser de quelques points naturellement. J’évite donc de manipuler les quantités d’anticoagulant et j’avale plutôt plus de verdure pour baisser un peu le tout (méthode dite « du lapin »), afin d’éviter de nouvelles montagnes russes. On finit par apprendre avec l’expérience… Un nouveau tableau reprenant en plus des dates et des INR les valeurs météo de la journée, le sport effectué et ce que j’ai mangé me donnera je l’espère sur le long terme une vue plus précise des tenants et des aboutissants. C’est fastidieux de penser tous les jours à le remplir, mais qui sait… ma petite étude perso pourrait avoir un résultat intéressant.

En tout et pour tout je suis plutôt en forme. Je n'arrive plus à faire baisser mon poids, ce qui ne me ravit pas vraiment (j'estime qu'il me reste dans les 5 kg à descendre, cela sent le régime sec) et je souffre psychologiquement de ne pas voir mes cheveux revenir. J'ai beau user et abuser de beaux chapeaux de collection, c'est difficile à supporter, même en jouant au maximum la carte du positivisme (soyons honnête). Mon canotier me va bien, mais le remplissage par la matière m'irait bien aussi, bon bref...

En attendant je chante à haute voix le bonheur de vivre, accompagnée par 50 autres gorges de la chorale!

Commentaires (2)

1. Pascale 02/11/2009

Eh ben.... Je venais de rentrer du bureau... je venais de téléphoner à mon généraliste pour avoir le résultat de mon inr et, totalement dégoûtée par le peu d'amélioration (d'ailleurs je suis descendue, passée de 1.75 à 1.70) je cherchais désespérément une explication quand, au hasard de ma recherche, je suis tombée sur ton blog...
Alors dis-moi, modeste compagne d'infortune, pourquoi après des semaines de prises de sintrom de 4mg et des injections d'innohep 10.000 quotidiennes, pourquoi je ne suis passée que d'un malheureux 1.3 à 1.75 pour retomber aujourd'hui à 1.7 ? Je n'ai heureusement qu'une thrombose veineuse profonde, pardi 6 simultanées pffff....
Chapeau bas pour ton courage et ta détermination; Je faisais du sport avec bonheur moi aussi, aujourd'hui j'ai l'impression d'avoir pris cent ans d'un coup.
Allez va, je m'en vais finir la boîte de pralines offertes par les collègues. Piètre consolation, certes... mais toujours mieux que rien.

2. Le Toulousain 01/09/2009

Quelle belle leçon d’optimisme pour ceux qui, comme moi, on tendance à se noyer dans un verre d’eau…

Le Toulousain

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×