L'horizon s'est assombri, il y a du nuage dans l'air

J'ai hésité longtemps avant de vous raconter ce qui se passe en ce moment, je ne voulais pas gâcher l'ambiance somme toutes positive que je désire garder sur le site. C'est un commentaire d'Anne (merci à vous), qui m'a fait réaliser que je vous devais la vérité, celle que j'ai toujours pratiquée ici et non le silence. Par conséquent, cette entrée dans le blog risque d'être longue. En fait cela fait des mois que je me sens mal, victime de vertiges qui me donnent la sensation d'être coincée dans une machine à laver le linge. J'ai cru longtemps que la raison était ma tension fameuse pour son côté « plus bas que moi tu meurs ». Quand j'ai réalisé que j'ai du mal à tenir debout sans être en mouvement et que par réflexe je me tiens aux comptoirs des magasins, aux pans de porte, que les traces de mains sur mes murs blancs sont les miennes (je jurerai pourtant ne pas les avoir touchés) et que de plus il me manque des parties de texte quand je lis, je suis passée voir ma blouse blanche préférée. Il a moyennement apprécié de me voir débarquer un mois avant la date de contrôle prévue, il sait bien que si je viens ainsi, ce n'est jamais pour une broutille. Evidemment j'en ai pris pour mon grade pour avoir autant attendu. J'ai vite compris à voir les tests qu'il m'a fait faire que cela ne sentait pas bon. Le diagnostic le plus positif était un nerf bloqué au niveau de la nuque, d'ailleurs c'était probablement le cas, mais depuis il s'est débloqué et... cela ne change rien au reste. Afin de pouvoir avoir une idée plus précise, il a demandé une IRM.

Imaginez, une claustrophobe la tête coincée dans un casque et envoyée dans un tube lumineux avec une musique assourdissante, boing, bang, boing, bang. Sixty beats per minute voir plus, sans affinité. Je déteste la musique que l'on passe dans les discothèques de nos jours, raison pour laquelle je les évite largement, mais là j'ai cru que j'allais tout défoncer pour sortir de cette machine infernale. Cela n'en finissait pas. J'ai eu la nette sensation que quelque chose n'allait pas. En fait je suis restée 30 minutes dans ce four à rendre fou, une torture. A la sortie plein vertige, du mal à avancer, j'ai juste vu le temps d'un éclair la radiologue assise devant les écrans sur lesquels apparaissaient les tranches de ma tête. Elle m'a jeté un regard que je n'ai noté que du coin de l'oeil. L'assistant n'a pas voulu me donner de résultats. C'est beaucoup plus loin dans le couloir que j'ai réalisé soudain, c'est tombé d'un coup: elle était désolée. Je suis rentrée à la maison, j'ai appelé ma famille et je leur ai dit qu'il y avait un problème, je le savais sans le savoir.

J'ai dû attendre une semaine pour avoir les réponses. Mon médecin n'avait pas encore les données, mais quand je lui ai dit ce que j'avais pressenti, il a pris le téléphone et a appelé l'hôpital, il fait confiance à mon instinct. Il faudra que je pense à lui dire de ne pas jouer au poker, j'ai pu suivre ce qui se passait au téléphone sur son visage, il a changé de couleur. La bonne nouvelle? Ce n'est pas une tumeur. Amusant, c'est une crainte que je n'ai jamais eue, mon idée était plutôt un AVC... En fait, même pas... De multiples petites lésions dans différentes parties du cerveau. C'est le moment où pour la première fois je me suis écroulée, mais qu'est-ce que je vais devenir. Le temps de me calmer et d'avaler ses mots qui me disaient qu'on devait trouver un moyen d'arrêter le phénomène, que j'allais devoir changer de mode de vie, que je devais voir un cardiologue et un neurologue, je suis partie passablement choquée. Je vous passe les réactions de mon entourage. Merci à vous Maman, Bruno, Béa, Ulli, Noelle qui me soutenez et me rassurez.

J'ai vu le cardiologue, j'ai des tests à faire et j'attends de voir le neurologue. Pour le sourire: le cardiologue m'a demandé mon INR. Vu que je les fais moins souvent qu'avant, j'ai déduit. Etat de la peau par nourriture ingérée, multiplié par X bleus égale INR 3,5. Le résultat sanguins tombé le lendemain: 3,4! Ouahhhhhhhhhhhh, ze zuis génialllllllllllllllllle!

La bonne nouvelle: toubib n'a aucune intention de me laisser tourner zinzin. En attendant les crises de vertige continuent, dès que je fais quelque chose qui nécessite de la concentration, comme faire les courses ou me maquiller les yeux, j'ai besoin de toute mon énergie pour rester debout.

Commentaires (2)

1. seotons (site web) 31/01/2011

Je suis tombe par hasard sur ce site, je le trouve vraiment bien. Continuez comme ca =)

2. T. Encinas 27/10/2010

Bon courage et meilleur rétablissement en vous remerciant pour les informations très utiles fournies ici.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×