Entre temps c'est le printemps (du moins sur le calendrier)...

Cela fait un moment que je n’avais plus cédé à la tentation de vous rabâcher mes petites tranches de vie. Il était donc temps que je me colle de nouveau devant mon clavier. Mis à part ce temps de chien glacial et humide qui ne me facilite pas la vie, cela va plutôt bien. Je positive tant que je peux et je me dis que j’ai quand même eu de la veine, faisons donc de cette vie quelque chose qui soit correct, on ne rejette pas une deuxième chance.  Enfin « on », c’est moi. Selon mon dernier passage de contrôle chez ma blouse blanche préférée (qui n'en porte d'ailleurs jamais), les résultats du labo sont plutôt normaux, traduire bons. Sa molécule anti-cholestérol qui m’avait provoqué une chute considérable d’INR et un stress non moins important fonctionne, dans le sens où mon total n’a pas diminué d’un poil (m’aurait étonnée aussi), mais du moins y a-t-il eu un changement important au niveau de la répartition entre le « bon » et le « mauvais » cholestérol. Toubib content, moi aussi, car j’évite ainsi les grosses discussions sur les hypolipidémiants (je sais, c’est petit…). La question s’est posée de savoir s’il fallait me vacciner contre le tétanos, vu que Mademoiselle est une adepte du jardinage, en particulier fan de rosiers. Problème, le vaccin s’injecte en intramusculaire et cela est clairement contre-indiqué pour une patiente sous anticoagulants. Il y avait une possibilité moins risquée de le faire en sous-cutané, mais quand j’ai annoncé que la dernière fois j’avais fait une réaction intense, fièvre etc., il y a eu abandon direct de l’idée. Je continue donc comme à mon habitude, des gants spéciaux jusqu’aux coudes (j’ai du les faire venir de Grande Bretagne), des bottes, pantalon solide. Si les rosiers deviennent trop méchants à manipuler je suis prête à aller jusqu’au tablier de cuir, ne riez pas, je me suis accrochée à une de ces adorables plantes il y a deux jours et vu l’état du cuir du gant je peux vous dire que j’ai frémis d'horreur… car là j’aurais été bonne pour l’hôpital en urgence et une balafre du plus mauvais effet.

Voilà donc ce que j’ai fait de mon temps libre. La féminité revient de plus en plus, j’en ai fini des « je fais une queue de cheval et c’est bon ». Je m’habille avec plus d’attention, je me maquille même le weekend (j'avoue que jusqu'ici j'étais molassonne et plus enclinte au laisser-aller genre temps de crise), je suis passée chez le coiffeur et je me suis offert un accessoire ultra-féminin : un sac à mains (les filles comprendront). Je viens aussi d’inaugurer la phase III du régime. J’en suis à la moitié du chemin, donc j’ai -5 kgs sur la balance et j’ai stabilisé le tout les derniers mois. Il n’y a plus qu’à reprendre le tout pour perdre le restant, oui, je sais la phrase est compliquée, relisez-la avec attention. Le médecin se contenterait de 2 kgs, j’ai envie du double… nous verrons jusqu’où cela ira. En attendant je vis ma solitude du mieux possible en me disant qu’un jour peut-être, mais là je rêve certainement.

Commentaires (1)

1. Sandra 11/04/2009

Chere Nathalie,
Je me regale de lire vos "tranches de vie".
Continuez !!!!
Sandra

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×