Du travail de forçat et du sport cycliste

 

Les vacances s'achèvent (zut, flûte) et il est temps de tirer un petit bilan de ces dernières. Question occupations, je me suis amusée à casser de l'ardoise pour en faire des petits tableaux noirs sur lesquels j'ai inscrit les noms de ma collection de rosiers, leurs obtenteurs et l'année de leur création, le tout planté chacun à sa place. Le résultat est joli, il correspond bien à ce que je voulais obtenir, moi contente. En prime j'ai eu plusieurs ampoules gratuites dans la main droite (à force de manipuler la pince pour casser des bouts d'ardoise), cela ne fait pas très lady-like, j'ai les mains bien arrangées, mais je m'en fiche, cela fait un bien fou de créer à la dure, même si c'est long, difficile et qu'un chien vous observe tout le temps avec un petit air de « tu sais que c'est un truc de forçat, t'es sûre de vouloir ça? » (et de venir vous poser la tête sur la cuisse sans quitter vos mains du regard, elle doit se dire que j'aurai du mal à la caresser ensuite peut-être). Au passage j'ai aussi fini le toit de ma cabane de jardin car j'en avais assez d'attendre que l'on vienne m'aider et je suppose que les gens m'ont entendue râler de loin, rire. J'ai aussi installé un conteneur d'eau de pluie relié à l'évacuation du toit de la dite cabane et donc j'ai de quoi arroser mes rosiers en pots sans devoir remonter mettre la pompe du grand container en route, le luxe.

« A part de cela », comme le disait un de mes anciens chefs en roulant le R de façon pénétrante, j'ai fait un sacré travail de remise en forme(s). Mesdames et Messieurs, I can proudly announce (je peux annoncer fièrement pour ceux qui ne baragouinent pas le britannique) que j'ai atteint un but crucial: 56 kg! Ceci incluant la belle quantité de muscles que j'ai récupérés au passage, j'ai eu une perte importante qui se conclue en un tour de taille retrouvé, des bras redessinés, mes jambes qui sont redevenues celles que je connaissais, bref, il me reste encore un peu de ventre à virer pour entrer dans mes pantalons les plus serrés, mais je puis dire très sérieusement que je suis une bombe, rire. Cela fait beaucoup de bien au mental, puisque le plus dur dans tout ce bazar a été de perdre la forme et les formes, de ne plus me reconnaître dans le miroir, de ne pas aimer ce corps dont je ne voulais pas et qui me le rendait fort bien, l'enfoiré. D'accord, je n'ai pas pu encore récupérer les cheveux perdus lors du monumental raté de mon toubib fétiche, mais selon ma coiffeuse mes multiples prises de pilules diverses pour les renforcer donnent des résultats et elle fait le reste pour que je ressemble tout de même à quelque chose sur le haut du crâne (visiblement cela fonctionne vu les compliments reçus), merci Diane, je vous adore.

Comment je m'y suis prise? Limpide: partant du principe de base qu'il vaut mieux savoir ce que l'on veut si l'on souhaite l'obtenir, car le mental d'une éponge mène seulement à la rétention d'eau, je me suis offert un magnifique vélo de sport, machine de route taillée pour un corps de femme (eh oui, cela existe et c'est nécessaire pour mon gabarit d'un mètre soixante), un casque, des gants et j'ai récupéré mes cuissards et mes baskets, puis hop! En selle! Après avoir bien serré les dents la première fois, la deuxième et la troisième et après avoir écouté les conseils avisés d'un coureur pro (rouler léger mais à haute fréquence de 80-90 coups de pédales minute pour ne pas me faire mal au genou arthrosé), je suis devenue accro de la vitesse et j'ai retrouvé des sensations que je ne connaissais que du bateau. Je tourne donc autour de la Moselle, par tranche de 20 ou 30 km journaliers. La faim ne me taraudant pas des masses ces derniers temps, je mange peu alors que je bouge beaucoup et le résultat ne s'est pas fait attendre. C'est un entrainement qui pourra se poursuivre en hiver en montant le vélo sur un système prévu à cet effet et qui pourra être installé dans le salon, venant compléter la marche nordique que je pourrai pratiquer dehors quand le temps sera trop froid pour le cycle (en dessous de 14 degrés c'est terminé, sinon bonsoir les poumons). Bref, vous avez une Nathalie ravie qui néanmoins contemple avec amusement l'intérieur de ses cuisses couvert de bleus en se disant qu'il est heureux que son rendez vous chez le gynéco soit passé parce que je me vois mal y aller dans cet état. Je vois d'ici sa tronche médusée et un petit commentaire du genre dont il a le secret. Je précise pour les néophytes que j'ai fait quelques descentes rapides de ma bécane car je fais courir le chien à la laisse longue devant le vélo une partie du temps, hors ses zigzags éblouis me forcent parfois à des freinages brutaux plus ou moins contrôlés. Un petit coup de barre centrale par ci, un petit coup de barre par là... bref, je suis revenue à mon plus pur style Van Gogh, avec de magnifiques nuances mauves et jaunâtres, du pur bonheur je vous dis!

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site