Du courage et de la réalité

Ce sont depuis deux ans des mots qui reviennent régulièrement dans les bouches des personnes qui m'entourent, famille, amis, médecins, inconnus qui me lisent. Ils parlent de courage, de force, de résistance incroyable, des qualificatifs que je réserverais sans hésiter à mes héros du monde moderne, ces combattants de la mer que sont les skippers du Vendée Globe. Eux, auxquels je rêvais jeune de pouvoir un jour me mesurer, comme un petit garçon rêve de devenir pompier, sont à mes yeux dignes d'incarner les valeurs que représentent ces mots.

Qu'ai-je fait pour les mériter? Rien, mis-à-part le fait de refuser de me laisser couler par la génétique, de ne pas vouloir donner ma reddition et me remettre dans des mains médicales bienveillantes en perdant tout contrôle. Si l'on y réfléchit bien, j'ai simplement laissé parler mes origines, la mule croisée avec un bloc de granit breton. Quand il y a un problème, il va de paire avec une solution, il s'agit donc de la trouver et surtout de comprendre.

Je me suis vue mourir et ce faisant j'ai trouvé qu'en 40 ans je n'avais pas eu d'utilité ici-bas, visiblement là-haut il y a eu un petit nuage blanc qui était du même avis. D'un coup de pied bien placé et avec l'aide d'un joli rayon de soleil, j'ai été renvoyée sur cette terre d'où je tentais de m'échapper. Revenue sur le carrelage froid du salon, j'ai réalisé pour la première fois que j'avais gagné une manche, mais que je faisais face à la suite de ma vie. Si je voulais continuer, je devais trouver des solutions, hors je n'ai jamais laissé personne régler mes histoires, grandes ou petites. Je ne suis pas une battante, je suis juste une personne qui déteste ne pas arriver à ses buts (quand je dis têtue...).

Des problèmes, on peut dire que j'en ai eu plus que je n'en demandais. Totalement seule face aux risques de rechute (qui se sont avérés), sans force, physiquement lourdement atteinte (pas de jeu de mots sur les 10 kg que j'ai engrangé par la suite) et ayant les plans d'une maison en construction sur la table, j'avais le choix entre tout perdre et gagner. Qu'auriez-vous fait à ma place? J'ai choisi la deuxième solution. Pour cela il me fallait être armée de connaissances sur le sujet, celles que j'ai par la suite introduites sur ce site pour les partager avec vous. C'est donc par crainte de perdre le contrôle de ma vie que j'ai combattu.

J'ai totalement réussi sur le plan immobilier, même si en regardant derrière moi, je me demande souvent comment j'ai pu y arriver devant les défections de soit-disant amis qui voulaient m'aider, me laissant seule face aux travaux. Je n'ai pas encore totalement gagné la partie en cours sur le terrain médical, mais je me sens en bonne voie. Je craque intérieurement, plus souvent qu'à mon tour, juste quelques minutes avant de retrouver le sourire, mais à quoi bon le montrer, de toute manière personne n'est là pour me rattraper, c'est pourquoi le monde dans lequel je vis me croit forte, courageuse, battante... alors qu'en fait il n'en est rien, je suis même tout le contraire, une trouillarde craignant ses faiblesses et armée d'humour.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×