Ce qu'est le stress...

On entend souvent les personnes autour de nous parler de stress, piauler sur le fait que les beaux-parents viennent manger dimanche, oh la la quel stress! Il faut conduire les enfants à gauche et à droite, le chien doit aller chez le vétérinaire, je dois faire les courses, j'ai un de ces stress ma chère!

Bon, on arrête là, que l'on raconte ce style de salade à n'importe qui, mais de grâce, pas à moi. Le vrai stress joue sur les émotions, la peur, il fait monter la tension sanguine, votre coeur bat comme si vous veniez de finir un semi-marathon, vous sentez dans votre dos des poussées de sueur - froide principalement, vos intestins se contractent en permanence, vous pliant en deux. Pourquoi puis-je le dire et balayer d'un revers de manche les difficultés primaires de la vie quotidienne de mes concitoyens (en un mot...)? Parce que je le (re-)vis depuis peu toutes les semaines, ou presque, avant de faire un test INR.

La cause est banale et sera comprise de tous mes collatéraux - ceux qui ont la même problématique de l'INR fluctuant et qui doivent impérativement rester au-dessus d'un certain taux et au-dessous d'un autre. Mon bien-aimé toubib ayant des problèmes avec mon cholestérol (problème familial n'ayant encore tué personne), il m'a persuadé de prendre un produit ayant pour effet d'empécher la résorbtion des graisses dans l'intestin. Il faut dire que je refuse net de prendre un hypolipidémiant, donc c'était pour lui une solution après que les Oméga 3 aient déjà diminué le taux de ce vilain cholestérol de 45%. Ce médicament n'était pas censé interférer avec les anticoagulants. Tu parles!!! Nonnnnnnn, bien sûr.

Raté, car malgré une augmentation massive desdits anticoagulants toutes les semaines, mon INR a affiché une descente spectaculaire depuis le jour où j'ai pris les nouvelles petites pilules miracle.  INR 3 - 2,8 - 2,5 - 2,3 et finalement 2,1... Sachant que je coagule comme une fleur à 1,8 on peut s'imaginer la semaine passée jusqu'au moment de refaire le test suivant (ou le double-test, j'ai du me piquer à chaque fois à deux reprises, pas assez de sang pour faire le test). Des questions vous traversent en permanence l'esprit, ai-je augmenté assez pour sortir de la zone ultra-rouge, n'ai-je pas trop augmenté - je me suis peut-être mise en danger dans le sens inverse. Pourtant j'ai beaucoup de routine, tellement que je n'ai même pas estimé utile d'alerter mon médecin, tant que j'arrive à rattraper le bon taux sans faire de casse, il ne peut pas faire grand-chose de plus pour moi. Si j'arrête sa pilule miracle, il y a de grandes chances que je crève le plafond INR et que je mette en réel danger, donc il me reste juste à soupirer sans céder à la panique et en essayant de garder le sourire et à augmenter mes prises jusqu'à atteindre un nouvel équilibre. Au passage j'ai mis mon autopiqueur sur une profondeur de piqure presque maximale, d'accord c'est bobo supérieur par la suite, mais au moins je me contente d'une piqure pour avoir suffisamment de liquide rouge au bout du doigt, c'est un moindre mal.

Voilà donc pourquoi j'ai eu tout à l'heure des crampes au ventre, un corps trempé de sueur, des accélérations cardiaques invraisemblables... jusqu'au moment ou j'ai lu sur l'écran le chiffre miracle s'afficher: 3,3. Merci!!! J'ai du faire un passage sur la machine elliptique pour évacuer le reste de mon coup de stress, maintenant il va me rester à calculer minutieusement à l'aide du tableur les dosages pour la semaine, en attendant le weekend prochain et le prochain test.

Toutes mes pensées vont à Harry qui nous a quittés aujourd'hui. La maladie a eu raison de toi en peu de temps, mais au moins ne souffre tu plus là où tu te trouves maintenant, repose en paix mon ami.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×